2022, année William Wyler

En 2022, Mulhouse fête William Wyler, enfant de la ville et le Mulhousien le plus célèbre, à l’occasion des 120 ans de sa naissance (1902) et des 100 ans de son départ pour Hollywood (1922).

Parti aux Etats Unis à 20 ans, William Wyler a connu la célébrité dans le cinéma mondial.

Il est l’homme de tous les records !

  • 127 nominations et 40 oscars pour ses films,
  • 3 oscars dans la catégorie Meilleur film/meilleur réalisateur (seulement devancé par John Ford),
  • 12 nominations pour l’oscar de meilleur réalisateur (record absolu),
  • 1 palme d’or à Cannes en 1957 pour la Loi du seigneur (1956),
  • 11 récompenses pour Ben-Hur, le film le plus « oscarisé » dans les catégories les plus prestigieuses.
  • 46 films réalisés

Reconnu par ses pair, William Wyler est également encensé par de grands réalisateurs contemporains, comme Steven Spielberg, Quentin Tarentino…

Among my favorite directors is William Wyler, who never came out of the same hole twice. I’ve always admired those directors who were able to so totally reinvent themselves stylistically. To be able to go from “Mrs. Miniver” to “Ben-Hur,” to go from “The Big Country” to “Funny Girl” – those were the directors I admired. I basically lit candles to the directors that I couldn’t pigeonhole. I’ll never be as good a director as William Wyler, but to be eclectic like he was — that was always something I wanted.

Citation de Steven Spielberg.

L’année William Wyler à Mulhouse est placée sous le patronage de Catherine Wyler, Judy Wyler Sheldon, Melanie Wyler et David Wyler, les quatre enfants de William Wyler.

Une trentaine de membres de la famille Wyler sera présente début juillet pour fêter cette année commémorative avec les Mulhousiens.

Des manifestations sont prévues tout au long de l’année. Le détail est à retrouver dans l’agenda M+ et sur le programme en colonne de droite.

Principaux rendez-vous :

  • du 1er au 3 avril : Festival de l’écriture motàmot Ecriture et cinéma,
  • à partir d’avril : livret parcours patrimoine proposé par la Maison du Patrimoine,
  • de fin juin à fin septembre : exposition William Wyler au Musée historique et MicroFolie,
  • autour du 1er juillet : présence de la famille Wyler, dévoilement d’un plaque «artistique » sur la maison natale de William Wyler, située au 15 rue de Zurich (voir appel projet en colonne de droite) et inauguration d’une fresque urbaine monumentale 
  • 2 juillet : soirée Electro péplum à Motoco,
  • 28 juillet : Arrête ton char Ben-Hur au Musée National de l’Automobile – Collection Schlumpf

William Wyler est né le 1er juillet 1902 rue de Zurich à Mulhouse (qui faisait alors partie de l’Empire allemand) au sein d’une famille de confession juive, de père suisse et de mère allemande. Son père ouvre une mercerie en 1897 au 18 Wildermannstrasse (rue du Sauvage) qui continuera à prospérer jusque dans les années 60.

Enfant, « Willy » (de son prénom de baptême) fréquente le Petit Lycée rue Jacques Preiss, prend des cours de violon, se rend au théâtre de la Sinne avec sa mère et fréquente les cinémas Thalia, Welt et Corso.

A la demande du cousin de sa mère, Carl Laemmle qui a fondé les studios Universal à Hollywood, William Wyler débarque aux États-Unis pour y travailler dans le cinéma. D’abord affecté aux services de la publicité à New-York, il débute comme assistant des assistants-réalisateurs en Californie en 1922 et peu de temps après, réalise ses premiers courts et longs métrages.

En 1928, William Wyler est naturalisé américain. Dès les années 1930, il s’impose comme un cinéaste incontournable à Hollywood et collabore avec les plus grands studios, Warner Bros, MGM, RKO, Paramount et Columbia.

En 1942, il obtient son 1er oscar en tant que meilleur réalisateur (et meilleur film) pour Mrs Miniver. 

De 1942 à 1945, William Wyler s’engage dans l’armée américaine comme lieutenant-colonel et réalise plusieurs documentaires. Blessé, il perdra une partie de son audition.

En 1946, il obtient son second oscar de meilleur réalisateur (et meilleur film) pour les Plus belles années de notre vie. En 1957, son film La loi du seigneur remporte la Palme d’or au festival de Cannes.

En 1959, William Wyler se voit confier la mise en scène du péplum Ben-Hur, énorme production hollywoodienne pour laquelle il décroche 11 oscars dans les 12 catégories principales, record inégalé à ce jour (Titanic et Le Seigneur des Anneaux III ont également obtenu 11 oscars mais pas uniquement dans les catégories les plus importantes).

Attaché à ses origines alsaciennes, William Wyler aimait revenir à Mulhouse, y retrouver ses amis d’enfance. Son dernier passage à Mulhouse date du 12 au 17 septembre 1979, où il rencontre le maire Emile Muller.

De son deuxième mariage en 1938 avec Margaret Tallichet, avec laquelle il vécut jusqu’à sa mort, il aura cinq enfants dont Catherine Wyler, metteur en scène comme son père.

Le 27 juillet 1981, William Wyler meurt à Los Angeles, il est enterré aux États-Unis.

Cette année de commémoration a été initié par la Ville de Mulhouse et ses services (Direction de la Culture : bibliothèques, Archives municipales, Orchestre symphonique de Mulhouse, Conservatoire de musique, danse et art dramatique, Musée historique, Maison du Patrimoine, Développement culturel et le service Famille et parentalité)

Avec le concours de Mulhouse Alsace Agglomération (m2A) et sa mission cinéma et la participation du service universitaire de l’action culturelle de l’Université de Haute Alsace.

Assistance et aide scientifique de 2 spécialistes du cinéma à Mulhouse : Pierre-Louis Cereja et Jean Walker qui publiera la 1re biographie de William Wyler en français.

Partenaires privés : Sodico, Musées Mulhouse Sud Alsace (MMSA), Musée National de l’Automobile, Cinémas Palace, Kinépolis, Bel-Air, Passerelle, Motoco, La Filature.

Mulhouse a une identité forte liée au cinéma

Mulhouse et le cinéma, une histoire ancienne

  • 1re séance publique de cinéma le 12 août 1896, à l’initiative de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM),
  • dès 1896, soit l’année suivant l’invention du cinématographe par Louis et Auguste Lumière, la SIM organise des séances de projection publiques dans la Petite Salle de la Bourse,
  • dix ans plus tard, l’aubergiste Hansberger fait de Mulhouse le premier lieu de projection en Alsace avant d’ouvrir un Wintergarten en 1908 rue de Colmar, qui deviendra le Thalia, puis le Gaumont-Rio,
  • en 1958 est construit à sa place le Rio : 1500 places et l’un des plus grands écrans de France,
  • Mulhouse : 1er réseau de cinéma dans le Haut-Rhin (3 cinémas, 23 salles).

Le cinéma à l’école

Websérie jeunesse

Mise en place fin 2018, la websérie est un projet engageant chaque année des jeunes Mulhousiens de 16 à 21 ans sur un projet de longue haleine (une cinquantaine de séances). En savoir plus

Mulhouse et son agglomération, terre de tournages

Depuis 2017 grâce à l’action conjuguée de Mulhouse Alsace Agglomération (m2A), de la Région Grand Est et du Bureau d’accueil des tournages Grand Est, avec le concours décisif des communes et tout particulièrement de la Ville-centre où se déroulent la grande majorité des tournages, Mulhouse et son agglomération accueillent de nombreux tournages :

  • 20 tournages depuis 2017, soit plus de 200 jours de tournage :
  • 2 web-séries
  • 2 unitaires TV à forte audience
  • 7 longs-métrages
  • 9 courts-métrages

En savoir plus

Retour à la liste