Contrat de Territoire Eau et Climat

Contrat de Territoire Eau et Climat :
Ensemble, irriguons le territoire mulhousien pour préparer la transition écologique

Le Contrat de territoire Eau et Climat (CTEC) du territoire mulhousien a été le premier signé sur le bassin Rhin-Meuse le 27 juin 2019 pour une durée de 4 ans. Véritable outil au service des collectivités, son objectif est de décliner sous la forme d’un plan d’actions concret les enjeux « eau, biodiversité et agriculture » identifiés dans le 11e programme de l’Agence de l’eau Rhin Meuse.

Fruit du partenariat financier entre l’Agence de l’Eau, la Région Grand Est et les principaux acteurs du territoire Mulhousien, ce contrat est la suite logique des démarches déjà engagées par le territoire en faveur de la transition écologique (plan climat air énergie territorial, Mulhouse Diagonales, schéma directeur temps de pluie…).

Sa gouvernance inédite, impliquant également les communes, regroupe huit signataires :

L’ambition portée se décline autour de 4 axes :

Les objectifs du contrat de territoire eau et climat pour les prochaines années :

Exemple d’actions au sein de la Ville de Mulhouse :

Sécuriser l’approvisionnement en eau et sa qualité

Pour se préparer au changement climatique et préserver la qualité de cette précieuse ressource que représente l’eau de la Doller, le Service Eau de la ville de Mulhouse a choisi une stratégie selon 3 axes :

  • Améliorer les performances du réseau d’eau potable (budget 1, 4 M€ pour 435 k€ d’aides) :
    • Affiner la connaissance des consommations par secteur,
    • acquérir des outils de gestion patrimoniale pour optimiser l’entretien du réseau
    • renforcer la détection des fuites grâce à l’installation de nouveaux capteurs de fuite.
      La réalisation d’un programme de renouvellement pluriannuel des conduites viendra compléter cette stratégie.
  • Sécuriser l’approvisionnement en eau potable (budget 4,3 M€ pour 315 k€ d’aides) :
    • Réalisation d’un schéma directeur d’alimentation en eau potable sur le périmètre de M2A
    • Etude des conditions de remise en exploitation des puits de la Hardt.
  • Acquérir des connaissances pour mieux anticiper les risques de pollution (budget 425 k€ pour 294 k€ d’aides) :
    • Réalisation d’études afin de mesurer la vulnérabilité des zones de captage de l’eau aux contaminations par des pesticides ou bactériologiques.
    • Mise en place d’un programme d’analyse pour surveiller la qualité de l’eau superficielle et souterraine.

Analyses d'eau quotidiennes

Et pour aller plus loin ?

Le CTEC n’est pas figé et pourra être renouvelé à partir de 2023 si tous les partenaires souhaitent poursuivre cette démarche. Tous les projets s’inscrivants dans l’un des 4 axes du contrat peuvent venir l’enrichir ou s’inscrire dans la stratégie globale du territoire. Si vous avez un projet en faveur d’une agriculture plus durable, de la protection de la biodiversité ou favorable à la qualité de l’eau n’hésitez pas à nous contacter.