Mulhouse.fr Mulhouse.fr

Votre profil

plan mentions recherche actus mots-cles

Et aussi sur mulhouse.fr

Agenda

Voir tout l'agenda

Actualités

La ville en images

Marché de Noël de Mulhouse 2015

Marché de Noël de Mulhouse 2015

Du 24 novembre au 27 décembre 2016, entrez dans la féerie de Noël à Mulhouse. Toutes les infos sur http://www.etoffeeries.fr.

Voir toutes les vidéos
La Fonderie

La Fonderie

La Fonderie, rénovée en 2007, lieu d'étude, d'art, d’exposition...

Voir toutes les galeries
visuel_webcam

En direct de Mulhouse

La Ville de Mulhouse vous propose de voir la ville en direct depuis la place de la Réunion, située en plein cœur du centre historique.

Voir la webcam

Rues bilingues de Mulhouse

Rue Saint-Fiacre // Fiackergassla -

Rue Saint-Fiacre // Fiackergassla

Reliant la rue des Chantiers à la rue des Jardiniers, la rue Saint-Fiacre doit son nom au saint patron des jardiniers. L’ermite irlandais Saint-Fiacre était autrefois invoqué par les maraîchers et jardiniers. Et justement, de grands espaces situés à l’origine au bout de la rue étaient exploités par des maraîchers. Une partie de son tracé s’est même appelé à une époque rue des Potagers.*

Fiackergassla / Rue Saint-Fiacre

Vérbéntung, zwéscha dr « Rues des Chantier » ( Milchsuppenacker ) un dr « Rue des Jardiniers » ( Gartnergassla ), traijt dia Gàssa dr Nàmma vum Schutzhailiga vu da Gartner : Saint Fiacre. Dr Irlandischer Einsidler Saint Fiacre ésch friaijer agfléht wora vu da Gartner un da Gmiassgartner. Uhrsprénlig han séch grossa Falder am And vu dr Gàssa béfunda, wu vu da Gmiassgartner bépflàntzt gsé sénn. A Teil vu dara Gàssa hàt a gwéssena Zit « Rue des Potagers » (Gmiassgàrtagàssa) g’haissa.


Rue des Maçons // Mürergass -

Rue des Maçons // Mürergass

Située dans la Cité, non loin de la rue de Strasbourg, la rue des Maçons rappelle une activité fortement développée dans le quartier durant le XIXe siècle. On trouvait alors, à proximité, des lieux qui font mention d’entreprises spécialisées dans la charpente et la maçonnerie. Elles ont probablement donné leurs noms aux rues des Maçons et des Charpentiers.

Mürergass / Rue des Maçons 

D’Mürergàss béféndet séch in dr Cité, nét witt vu dr’ Strosbourgerstross, un traijt da Nàmma, will séch a stàrka Mürer Bérüafstätighait, én dam Stàdtviertel, entwégelt hàt ém XIX Johrhundert. As hann séch én dr Néhra, méhrera Orta wu d’verschédena Fàchbétriber erwena, wia d’Zémmerei un d’Mürerei. Dia hann bschtémt éhra Nàmma én dr Mürergàss un én dr Zémmermànngàss gah.


Avenue Robert Schuman // Hoffnungstross -

Avenue Robert Schuman // Hoffnungstross

L’ancienne rue de l’Espérance, nom qu’elle a porté à l’origine en 1869 puis juste après la Seconde Guerre mondiale, se dirigeait vers la nouvelle place de l’Europe, réalisée au courant des années 60. Emile Muller, alors maire de Mulhouse, décide de la rebaptiser du nom d’un des pères de l’Europe : Robert Schuman. Elle a la particularité d’être à la fois bordée de sites industriels, de beaux immeubles et de la prison. Depuis la fin des années 90, elle est devenue une des entrées principale de Mulhouse, longeant un complexe cinématographique et un quartier résidentiel.

Hoffnungstross / Avenue Robert Schuman

D’altà Hoffnungstross « Rue de l’Espérance » Nammà wu séh ursprénglig gétraijt hat an à 1869, bis nochem zweità Wàldkriàg, hat gégà d’neijà « Place de l’Europe » gézogà, wu üssgfiàrt worà ésch en dà 60. Johrà. Dr Emile Muller, zu sàller Zit Bergàmeister vu Méhlhüsà, hat bschlossà dià Stross umdàifà méttem Nammà vum à Vorgànger vu Europà : Robert Schuman. Séh hat d’Bsunderhàit umgramt séh vu Indüstrià, schénà Gébaijer, un vum Gfàngniss. Zitter am And vu da 90. Johrà, ésch séh à Hauiptigang vu Méhlhüsà worà, un géht an Kino un Wohnviertel entlang.


Boulevard Roosevelt // Owertorstross -

Boulevard Roosevelt // Owertorstross

C’est au début du XVIIIe siècle qu’apparaît pour la première fois la Sultzer Stross (route de Soultz), premier nom attribué à l’actuel boulevard Roosevelt. Cette artère, l’une des plus longues de Mulhouse, porte ainsi le nom du président américain Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), élu en 1932. Elle a auparavant été appelée couramment Oberthor Vorstadt (faubourg de la Porte Haute) avant de devenir officiellement en 1827 Oberthorstrasse (rue de la Porte Haute). Elle est aussi baptisée à certaines époques « faubourg de Belfort ». Plusieurs bâtisses remarquables bordent le boulevard, dont celle où est né l’industriel Auguste Scheurer-Kestner.

Owerstross / Boulevard Roosevelt

Am Affang vum XVIII Johrhundert, enstéht ver s’erschtà Mol d’Sultzerstross « Route de Soultz », erschtà Nammà vum hétigà « Boulevard Roosevelt ». Dià Hauiptstross, einà vu dà langtstà vu Méhlhüsà tràit dr Nammà vum à amérikanischà Présidànt Franklin Delano Roosevelt, (1882 – 1945) gwelt worà an à 1932. Vorhàr ésch séh lauifend Obertor Vorstadt gnennt gsé « Faubourg de la Porte Haute » béfor séh officiel an à 1827 Oberstross worà ésch. Séh ésch gwésenà Zitabschnétà Béferter Vorstadt « Faubourg de Belfort » gédàift gsé. Verschédenà bémerkenswàrtà Gébayer umramà dà Boulevard, bsunders das wu der Indüstrieller Auguste Scheurer Kestner géborà ésch.


Rue des Chantiers // Milchsuppenacker -

Rue des Chantiers // Milchsuppenacker

Reliant la rue Kléber à la rue du Manège depuis la première partie du XIXe siècle, la rue des Chantiers doit probablement son nom à la présence de plusieurs grands entrepôts à proximité. La rue était d’ailleurs empruntée par les ouvriers qui s’affairaient sur les quais du canal du Rhône au Rhin, aménagés deux décennies plus tôt. Si elle a toujours porté le même nom, elle a été tracée à l’origine sur un lieu-dit au nom surprenant : « Milchsuppenacker » (Le champ de la soupe au lait).

Milchsuppenacker / Rue des chantiers

Verbéntung zwéschà dr « rue Kléber », un « rue du Manège » zitter ém erschtà Teil vum XIX Johrhundert, tràijt dià Stross dà Nammà ém bétzug vu dr Néhrà vu méhrerà Lager. Dià Stross ésch viel bénutz worà vu dà Arweiter wu uff dà Ufer vum Kanal, wu zwei Johrzehntel frieijer üssgschaft worà sénn, gschaft. Wenn séh émmer dà Nammà gétraijt hat, ésch séh ursprénlig géplant gsé an dàm Ort wu dà Komischà Nammà traijt Milchsuppenacker « Le champ de la soupe au lait ».


Rue de la Filature // Spinnereigassla -

Rue de la Filature // Spinnereigassla

De nombreuses rues de Mulhouse pourraient porter le nom de « rue de la Filature » tant l’histoire de la ville est liée à celle du textile. Parallèle à la rue des Imprimeurs et à la rue Josué Heilmann, toutes deux fortement imprégnées de l’histoire industrielle de Mulhouse, la rue de la Filature conduisait les ouvriers à la filature Wallach Frères, qui a tourné à plein régime pendant près d’un demi-siècle. Nombre d’entre eux habitaient d’ailleurs dans des bâtiments bordant cette même rue.

Spinnereigassla / Rue de la Filature

Viel Mélhüser Gassà kentà dà Nammà tragà « Spinnereigasslà », so ésch Gschéchta vu dr Stadt métem Textil verbunda. Glichlauifend, d’Drugergassa « rue des Imprimeurs » un d’Josué Heilmann Stross, sénn beidà starck verwégelt mét dr indüstriellà Gschéchtà vu Méhlhüsà. S’Spennereigasslà hat d’Arweiter én d’Spénnerei Wallach Briàder, wu à halb Johrhundert uff Volldürà gloffà ésch, gfiàrt. Viel vu dànà Arweiter sénn én dà Hiser vum Spennereigassla gwohnt.


Rue de la Charrue // Pflueggass -

Rue de la Charrue // Pflueggass

Cette rue en boucle, qui rejoint de chaque côté la rue du Manège, rappelle qu’autrefois ces lieux étaient essentiellement consacrés à la culture. Plusieurs maraîchers et horticulteurs y exploitaient la terre, et ce de longue date. Pour preuve, les deux socs de charrue datant de l’époque gallo-romaine trouvés en ces lieux et qui font partie des collections du Musée historique.

Pflueggass / Rue de la Charrue

Viel Mélhüser Gassà kentà dà Nammà tragà D’Mürergàss béféndet séch in dr Cité, nét witt vu dr’ Strosbourgerstross, un traijt da Nàmma, will séch a stàrka Mürer Bérüafstätighait, én dam Stàdtviertel, entwégelt hàt ém XIX Johrhundert. As hann séch én dr Néhra, méhrera Orta wu d’verschédena Fàchbétriber erwena, wia d’Zémmerei un d’Mürerei. Dia hann bschtémt éhra Nàmma én dr Mürergàss un én dr Zémmermànngàss gah.


Rue de Bâle // Baslerstross -

Rue de Bâle // Baslerstross

Autrefois, la rue de Bâle partait de la porte de Bâle pour s’arrêter à la place des Victoires. Avec son extension au-delà des murs de la ville, elle devient faubourg. Tout près se trouvait la maison du Tir à l’arbalète, loisir favori des Mulhousiens. Cette bâtisse devait abriter par la suite un hôtel, avant d’être démolie. La rue de Bâle a été plus tard fréquentée par des hommes d’affaires qui se rendaient, à partir de 1806, à l’hôtel de la Cigogne. Cet établissement accueillait le Cercle des amis, lieu de débats et de récréation des décideurs de l’époque.

Baslerstross (rue de Bâle)

Friàier ésch d’Baslerstross vum Baslertor bis zum Gànzàplàtzlà gangà. Mét dr Verlengrung üsser dà Stattmürà, ésch séh à Hauibtstross worà. Ganz en d’r Néhrà hat séch s’Armbrust Schétzàhüss béfundà, liàbléngs Freizit vu dà Mélhüser. En dam Hüss hat séch spéhter à Hôtel béfundà, vor d’ass às abgréssà worà ésch. D’Baslerstross ésch spéhter vu Gschàftsmànner bsüàcht gséh wu vu 1806 im Hotel “de la Cigogne“ verkéhrt sénn, wu séch dr “Cercle des amis“ dr Fréndàkreis béfundà hat, Ort wu séch Débatà, Freizit abgspéhlt han un Entschàidungà gfast worà sénn.


Rue de la Fonderie // Giessereistross -

Rue de la Fonderie // Giessereistross

Chère au cœur des Mulhousiens, l’ancienne fonderie automatique construite en 1921 pour la SACM a été conservée. Ses énormes voûtes en béton armées, une première en Europe, ont vu la réalisation de pièces de très grandes tailles destinées à fournir les différents ateliers de cette grande entreprise mulhousienne. Elles ont été conservées pour abriter prochainement des services d’archives, un musée d’art contemporain et la faculté des sciences économiques sociales et juridiques. La rue qui borde celle que l’on a appelé la “cathédrale“ se devait de porter son nom.

Giessereistross (Rue de la Fonderie)

D’altà automatischà Giesserei wu an à 1921 géboià worà ésch fer d’SACM , un wu en dà Méhlhüser séhr an s’Hàrtz gwagsà ésch, ésch erhaltà bléwà. Ehrà màchtigà Wölbungà en Stahlbetung, à erschter Entwurf vu Europà, hàn erlauibt gantz grosà Maschénàteiler entwécklà, fer d’verschédenà Atelier vu dàrà grosà Méhlhüser Fawréck. Séh sénn erhaltà worà fer à nàchstà Unterkunft vu Arschivà, à Musée d’art contemporain un Fakultät . Dià Stross entlang vu d’r gnentà “Cathédrale“ hat müàssà dà Namà tragà.


Porte du Miroir // Spiegeltor -

Porte du Miroir // Spiegeltor

Autrefois, la Porte du Miroir permettait d’accéder à la ville depuis le vignoble et la vallée de l’Ill. Elle se trouvait à proximité du château de l’évêque de Strasbourg. Elle doit sans doute son nom à une famille Spiegel qui était vassale de l’évêque. C’est après 1798 que le nom a été traduit improprement en “Miroir”. En 1809, pour faciliter un trafic croissant, le conseil municipal décide sa démolition. Un an plus tard, elle disparaît et seul son nom nous rappelle aujourd’hui son existence.

Spiegeltor / Porte du Miroir

Friàier hat s’Spiegeltor dr’ Züàgang vum Ràbbàrg zum verterà Illtahl erlauib. As béféndet séch ganz en dr’Néhrà vu dr Burg vum Béschoff vu Strosburg. Sie Namà erhaltet das Tor sécherlig vu dr’Faméllià Spiegel, Diàner bim Béschoff. S’ésch no 1798, d’ass dr’ Namà unpassend éwersètzt als Spiegel “ Miroir “ worà ésch. An à 1809, fér dr’züànàmentà Verkéhr erlichterà, hat dr’Gmeinrot entschàidà das Tor ab z’rissà. A Johr spéhter ésch das Tor verschwuntà gséh, un Het blibt nur noch dr’Namà fér Uns dra z’errénnerà.


Rue Mercière // Kromgass -

Rue Mercière // Kromgass

Véritablement trait d’union entre la rue du Sauvage et l’hôtel de ville, la rue Mercière est une des plus anciennes artères de Mulhouse puisque citée dès 1280. De nombreux commerçants, particulièrement des merciers et petits marchands, y tenaient boutique. À l’origine, elle était plus étroite et était barrée, à son débouché, sur la place de l’Hôtel-de-Ville (aujourd’hui place de la Réunion). Cette maison a été démolie en 1457 pour laisser un libre accès au nouvel hôtel de ville, au marché et au cimetière.

Kromgass / Rue Mercière

Wérkliger Verbéndstréch zwéchà d’r „Rue du Sauvage” un s’Rothüs, ésch d’Kromgass, einà vu dà ältschtà Hauiptverkéhrstrosà vu Méhlhüsà gséh, denn Séh ésch an à 1280 schu erwähnt worrà. Viel Hàndler, un bsunders, Kleihandler un Kurzwaràhàndler, hàn drénn éhrà Handel bétréwà . Ursprénglig ésch dià Gassà viel schmäler gséh un gésperrt gséh am Üssgang vum Rothüsplatz. Das Hüs ésch abgréssà wohrà an à 1457, fér à freier Durrgang z’loh fér an s’Rothüs, uf dr Màrkt un uf dr Kécherhof z’kuh.


Rue des Cordiers // Seilergrawà  -

Rue des Cordiers // Seilergrawà

Cette rue située à l’arrière de l’hôtel de ville et qui accueille un parking rappelle l’activité autrefois florissante des artisans qui avaient installé leurs râteliers en bordure du Traenkbach, ruisseau qui sera voûté. Dès le début du XIXe siècle, de nombreux Mulhousiens et hommes d’affaires fréquentaient l’hostellerie À la Cigogne, qui se trouvait à proximité immédiate. On aimait y converser et se procurer de la lecture au sein de ce qui deviendra plus tard l’association Les amis du Cercle.

Seilergrawà (rue des Cordiers)

Dià Stros béféndet séch hintà am Rothüs, un diànt als Parking. Séh errénert an blihentà Tätikàit vu dà
Handwàrker, wu éhrà Füàder Kréppà am Rand vum Traenkbach igréchtà hàn. Dass Bàchlà ésch spéhter géwelbt worà.Zitter am Afang vum 19 Johrhundert verkéhrà viel Méhlhüser un Gschàftsmànner ém Hotel “À la Cigogne”. Dà Ort wu mr gàrn verzéhlt oder g’làsà hat, wérd spéhter à Verein “Les amis du Cercle”.