Mulhouse.fr Mulhouse.fr

Votre profil

plan mentions recherche actus mots-cles

Et aussi sur mulhouse.fr

La ville en images

Marché de Noël de Mulhouse 2017

Marché de Noël de Mulhouse 2017

Le Marché de Noël s'installe place de la Réunion et au centre vile de Mulhouse du 24 novembre au 27 décembre 2017. En attendant la collection 2017, retour sur l'ambiance du marché de Noël 2016.

Voir toutes les vidéos
La Fonderie

La Fonderie

La Fonderie, rénovée en 2007, lieu d'étude, d'art, d’exposition...

Voir toutes les galeries
visuel_webcam

En direct de Mulhouse

La Ville de Mulhouse vous propose de voir la ville en direct depuis la place de la Réunion, située en plein cœur du centre historique.

Voir la webcam

Le Moyen âge et la Renaissance

Le système de défense de la ville

C’est sans doute vers 1222 que Mulhouse se dote de son premier mur d’enceinte. Les murailles sont ensuite surélevées, jusqu’à atteindre 6 mètres de haut à la fin du XIVe siècle. Le système de défense se met en place : on aménage un chemin de ronde, des portes sont percées (porte Jeune, porte Haute, porte de Bâle et porte du Miroir) et des tours construites. Des fossés (3 au nord et 4 au sud) viennent compléter le dispositif. L’enceinte est détruite entre 1809 et 1811, facilitant l’essor de l’industrie et l’expansion de la ville. La seule portion encore visible aujourd’hui se trouve dans le Jardin des senteurs.

Tour du BollwerkLa tour du Bollwerk, érigée au XIVe siècle faisait corps avec le mur d’enceinte. Elle est l’un des vestiges des tours de défense avec la tour du Diable et la tour Nessel. Fortement remaniée au fil du temps, elle acquiert à la fin du XIXe siècle son aspect actuel. Une fresque figurant un épisode de l’histoire mulhousienne (l’attaque de la ville par Martin Malterer en 1385) y est peinte en 1893. Lors de cette même restauration une représentation de l’aigle impérial, rappelant le statut de ville libre d’Empire de Mulhouse à partir de 1308, est découverte sous le crépi. Cette tour, dont le nom signifie littéralement « bastion » en allemand, est à l’origine d’une dénomination assez courante de la ville : « Mulhouse, la cité du Bollwerk ».

La place de la Réunion

A cœur de la vieille ville, la place de la Réunion est autrefois le lieu de tous les pouvoirs, économique, politique et religieux. Elle est très animée : les foires et marchés s’y tiennent et on y trouve toutes sortes d’échoppes, d’auberges…
D’abord « place Saint-Etienne » en raison de la présence de l’église puis du temple Saint-Etienne, elle devient « place de la Réunion » en 1798 à l’occasion du rattachement de Mulhouse à la France.. Ses maisons aux façades étroites, témoins du lotissement médiéval, figurent parmi les plus anciennes de la ville.

Hôtel de Ville, place de la Réunion

L’hôtel de ville, construit en 1552 par Michel Lynthumer dans le style de la Renaissance rhénane, constitue l’un des fleurons du patrimoine mulhousien.
On remarque ses pignons à volutes, ses vitraux des XVIe et XVIIe siècles, son escalier à double volée ainsi que le plafond à caissons de la salle du Conseil qui a gardé son décor du XVIe siècle.
Les décors extérieurs sont peints en trompe-l’œil et représentent des figures allégoriques, symboles du bon gouvernement et de la justice, mais également les armoiries des cantons suisses dont Mulhouse était l’alliée autrefois. La façade a été remaniée à de nombreuses reprises.
Sur l’un des murs pignon est suspendu le Klapperstein, fameuse pierre d’une dizaine de kilos que l’on accrochait au cou des femmes convaincues de commérages. Le bâtiment accueille le musée Historique depuis 1969.

Maison Mieg

A proximité, la Maison Mieg est un bel exemple de demeure bourgeoise de la Renaissance. Citée dès 1418, elle est l’un des hôtels les mieux fréquentés de la ville à la fin du XVe siècle.

Acquise par la famille Mieg en 1694, cette maison reste dans la même famille jusqu’en 1840. A son élégante tourelle du XVIIe siècle, ses fenêtres à triple baies et ses harmonieuses proportions, l’un des membres de la famille Mieg, ajoute, à la fin du XVIIIe siècle, deux fresques évoquant un épisode de l’histoire helvétique. Il marque par ce geste son opposition à la réunion de Mulhouse à la France.

 

 

La chapelle Saint-Jean

Les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem installent une commanderie à Mulhouse en 1249 et consacrent leur nouvelle église en 1269. Elle est probablement agrandie au milieu du XIVe siècle (l’abside semi-circulaire prend alors la forme d’un chevet plat, toujours existant), mais c’est entre 1508 et 1521 que l’essentiel des travaux d’agrandissement et d’embellissement sont entrepris : ajout de peintures murales et d’une chapelle latérale contre la façade nord-ouest. Avec son petit jardin en lieu et place de l’ancien cimetière, la chapelle Saint-Jean est le seul bâtiment de la commanderie à avoir survécu. Abandonnée après l’introduction de la Réforme à Mulhouse en 1523, la chapelle connaît divers usages (brasserie, remise à bois…) jusqu’à son rachat par la Ville en 1891. Restaurée, elle sert désormais de lieu de concerts et d’expositions.

Chapelle Saint Jean

Les peintures ornementales sont malheureusement restées inachevées : le dessin est entièrement exécuté, mais la pose de la couleur reste partielle. Elles retracent, sur dix-sept panneaux couvrant deux pans de murs, la vie de Saint Jean-Baptiste et du Christ. Cet ensemble peint, resté anonyme, présente des caractères de modernité appartenant au début du XVIe siècle.

La Cour des chaînes

Cour des ChaînesLe corps central de cette belle demeure Renaissance adossée aux remparts a été construit en 1594 pour la famille Blech. La tourelle en façade octogonale renferme un bel escalier à vis en calcaire du Jura. Des plafonds peints exécutés sans doute vers 1675 pour Jean-Jacques Sisson, trésorier de la Ville et propriétaire des lieux à l’époque, ont été découverts en 1982 au premier étage.

Deux ailes manufacturières latérales et symétriques viennent s’ajouter vers 1773, quand le nouveau propriétaire, Jean-Michel Schwartz s’y installe et transforme la propriété en fabrique de toiles peintes. La cour est fermée par des chaînes, et lui donne son nom.